Dominique Gisin
La championne olympique laisse exploser sa joie en remportant la médaille d’or à Sotchi en 2014.
Photo: Swiss-Ski

La vie quotidienne d’une championne de ski doit ressembler à celle d’un moine, non?
Personnellement, je n’ai jamais vu un moine avec des jambes de skieur sous son costume! Mais c’est vrai que la discipline est un point incontournable de ma vie. Cela dit, se sentir bien dans sa peau, épanouie et heureuse est tout aussi important. Tout est une question de juste milieu, en fait.
Les compétitions de sport de haut niveau impliquent une dose conséquente de stress. Comment vous relaxez-vous?
Je lis des tonnes de livres pour me détendre et uniquement des romans qui n’ont rien à voir avec le ski! Prendre le temps de se relaxer, d’aller boire un café avec une amie ou de partir se promener est au moins aussi important que de s’entraîner durement. C’est ce que m’a rappelé ma carrière et de manière pas toujours agréable.

Comment combattez-vous les effets des vents froids auxquels vous êtes confrontée?
J’ai de nombreuses bonnes crèmes et un gloss développé particulièrement pour les conditions météorologiques extrêmes. Mais, parfois, il est vrai que les conditions sont juste trop difficiles à supporter et je suis obligée de me camoufler sous un masque de Néoprène. C’était le cas à Lake Louise où nous nous élancions à une centaine de kilomètres à l’heure par une température avoisinant les -40 °C!



Vous êtes aussi connue pour vos photos sexy. Etiez-vous parfaitement à l’aise dans ce rôle?
Pas du tout! La séance photo pour la marque Lange qui m’a élue «Lange Girl» est une sorte de tradition. C’était très intéressant, mais ce n’était vraiment pas facile pour moi. Une autre séance photo a eu lieu lorsque j’étais en bikini durant une semaine d’entraînement à la piscine. Le photographe était talentueux et je me suis beaucoup amusée. Mais je vous promets que tout cela est trop stressant pour le faire plus souvent!

Vous nous aviez beaucoup inquiétés avec votre chute spectaculaire en 2010 et vos nombreuses blessures. Vous êtes fière du chemin parcouru depuis?
Bien sûr. Pour tout vous dire, je ne souhaiterais pas que ma pire ennemie vive ça, mais ces épreuves ont contribué à forger mon succès de la manière la plus efficace que l’on puisse imaginer.

Biographie

Née en 1985 dans une véritable famille de skieurs, Dominique Gisin commence les compétitions de ski à 7 ans avant de s’embarquer, quatre ans plus tard, dans une formation de pilote.  

Après plusieurs blessures et une chute spectaculaire à Vancouver, elle a su remonter jusqu’à gagner la médaille d’or à Sotchi en 2014.

Mais Dominique Gisin est-elle aujourd’hui arrivée au sommet de sa
carrière? Seul l’avenir nous le dira.