Plus de 80 % des femmes de 45 à 70 ans connaissent les fameuses bouffées de chaleur pendant la ménopause. Pour Madeleine, elles étaient très pénibles. «J’avais l’impression d’être un fer à repasser bouillant. J’avais la sensation de pouvoir faire fondre mon lit. Les hormones m’ont enlevé ces bouffées de chaleur. Encore fallait-il trouver le bon traitement. Les plantes n’ont pas eu d’effet sur moi. J’ai même dû tester plusieurs dosages d’hormones avant que mon médecin ne me prescrive le traitement adéquat.» Pour Amélie c’est le contraire. «J’ai essayé la phytothérapie. Comme cela m’a convenu, je n’ai pas eu recours aux médicaments. La tisane de sauge m’a vraiment aidée.» Autant de témoignages, autant d’expériences différentes. En médecine chinoise, il est dit que l’intensité des symptômes est en étroite relation avec l’état de santé général, les habitudes de vie et l’alimentation. En Orient, seulement 15 % des femmes auraient des symptômes, un chiffre nettement inférieur à ce que connaît la Suisse. L’acupuncture peut aussi être bénéfique. 

La peau

Avec la ménopause, son vieillissement s’accélère. La peau perd sa protection et se retrouve confrontée à une diminution de graisse. Les boutons s’effacent mais les rides en profitent. A cela s’ajoute un risque de couperose. Là encore, un traitement hormonal peut remplacer celles fabriquées précédemment par les ovaires. Mais il est possible d’agir avant le premier rendez-vous chez le médecin. Il existe des crèmes de beauté plus riches, adaptées aux peaux fragilisées des femmes ménopausées.