Dr Moiroux
médecin spécialisé dans l’assistance à la procréation

Un couple peine à avoir un enfant et s’inquiète. Quel doit être le premier réflexe?
Dr Pache – Il faut d’abord que le couple décide de prendre ce problème à bras-le-corps ensemble. Le diagnostic devra se faire chez les deux futurs parents et il est hautement souhaitable qu’ils soient les deux présents au rendez-vous chez le gynécologue. Dès ce moment, le couple devrait être pris en charge de manière globale sans négliger la dimension psychologique.

Dr Moiroux – Après s’être assuré que le couple entretenait des rapports sexuels suffisamment réguliers depuis un an au moins et qu’ils étaient pratiqués de façon optimale pour maximiser les chances de tomber enceinte, le médecin proposera de passer à la phase de diagnostic médical.

Comment se passera le diagnostic de la fertilité chez l’homme et la femme?
Dr Moiroux – On commencera généralement par une prise de sang chez la femme, au troisième jour de cycle, afin de pratiquer un bilan hormonal complet. Que celui-ci soit normal ou anormal, il sera complété par une analyse du sperme de l’homme. On y réalisera une étude qualitative et quantitative afin de faire un état des lieux précis. Cela dit, en cas de résultat très négatif, il faudra réitérer l’examen. En effet, les situations de stress, certaines maladies ou l’exposition à des toxiques peuvent altérer le sperme de manière temporaire.  

Dr Pache – Précisons que la fertilité diminue avec les ans, cela fait donc sens de rechercher une cause éventuelle d’infertilité sans trop tarder au-delà d’un certain âge. De ce fait, une approche diagnostique sera plus rapidement proposée passé l’âge de 35 ans. En effet, il est bon de considérer qu’il ne faut pas perdre de temps à cet âge si l’on souhaite maximiser les chances d’avoir un enfant. Aussi, il faudra connaître rapidement les causes d’une infertilité afin d’essayer d’y remédier.
 

Dr Pache
FMH endocrinologie gynécologique

Et ensuite, comment réagir aux résultats?
Dr Moiroux – Dans le cas où les résultats n’indiquent rien d’anormal, il suffira d’une stimulation ovarienne simple en guise de petit coup de pouce. Cela dit, celle-ci devra être suivie de près pour éviter de créer une situation de grossesse multiple. S’il existe un problème de fertilité chez l’homme ou la femme, un gynécologue spécialisé pourra proposer, entre autres, une fécondation in vitro.

Dr Pache – Le choix du bon intervenant est d’autant plus crucial aujourd’hui que les couples ont un désir d’enfant plus tard dans leur parcours de vie. Les femmes ne peuvent pas se permettre de tarder à trouver le médecin qui réussira à les prendre en charge correctement. Si l’on imagine la nécessité d’une procédure fécondation in vitro, il sera essentiel de s’adresser à un spécialiste au sein d’un centre qui a l’expérience la plus vaste dans le domaine.