Lorsque tout va bien, mais que l’on souhaite prendre les devants sur d’éventuels problèmes de santé, il est possible de demander un check-up à son médecin généraliste ou auprès d’un médecin dont c’est la spécialité. Concrètement, ce sera l’occasion d’évaluer son niveau de santé et de vérifier que l’on a une espérance de vie intacte. Les différents facteurs de risque sont examinés et le niveau de santé est ainsi établi. On détermine ensuite les éventuelles mesures à prendre afin d’éviter si possible la survenue future de maladies. «Avant de débuter les tests médicaux, je commence par discuter avec la patiente qui désire faire son check-up», explique Mikael Rabaeus, le cardiologue spécialisé dans les chek-up à la Clinique La Prairie. «Cet entretien permet d’estimer le mode de vie: le degré de sédentarité, la capacité à se nourrir sainement et d’éventuels autres comportements nocifs.»

Le verdict des chiffres

Le check-up se poursuit par une prise de sang grâce à laquelle le médecin vérifiera la formule sanguine afin de s’assurer, par exemple, que la patiente ne soit pas en manque de fer. Un bilan hépatique, rénal et de sensibilité à l’insuline pourra également être effectué. «Avec ces tests, nous établissons le niveau de risque. Cela permet une prise de conscience de la patiente.», explique le Docteur Rabaeus. Ensuite, un test d’effort sur un vélo permet de vérifier que le cœur fonctionne normalement et que la capacité physique de la patiente est suffisante. Même si la génétique joue un rôle dans tous ces résultats, la santé résulte principalement du choix de mode de vie de la patiente. «C’est pourquoi l’attitude du médecin est primordiale dans ces moments. Il ne faut pas culpabiliser la personne mais savoir la motiver en rappelant que certaines attitudes améliorent grandement la qualité de la vie et permettent, par exemple, de se passer de médicaments.», conclut Mikael Rabaeus.