Dr Bouzourene
Directrice de la pathologie romande d’Unilabs

Qu’est-ce que l’infection à papillomavirus humains (ou HPV)?
Le papillomavirus humain est un virus très répandu. Il en existe plus de 100 types dont certains sont responsables de la majorité des cancers du col de l’utérus et du vagin chez la femme et d’une partie des cancers de l’anus et de la gorge chez les deux sexes. 70 à 80 pour cent des personnes sexuellement actives contracteront des HPV au cours de leur existence.

Comment éviter d’être contaminé?
La vaccination est la meilleure protection contre les papillomavirus responsables de la majorité des cancers du col de l’utérus. Par ailleurs, le risque d’infection peut être partiellement diminué par une restriction du nombre de partenaires sexuels. Il faut savoir que le préservatif ne fournit qu’une protection partielle (environ 70 pour cent) étant donné que les HPV sont aussi sur des parties non recouvertes par le préservatif. Mais, cette protection reste toutefois efficace pour prévenir la transmission d’autres infections sexuellement transmissibles.

Qui peut bénéficier de la vaccination HPV?
La vaccination s’adresse en priorité aux jeunes filles de 11 à 14 ans si possible avant le premier rapport sexuel. Mais une vaccination de rattrapage est également proposée jusqu’à fin 2017 aux jeunes femmes âgées de 15 à 26 ans révolus.

Est-on définitivement protégé du cancer du col lorsque l’on a été vacciné?
Non, car dans environ 30 pour cent des cas, le cancer du col de l’utérus est dû à un type de HPV contre lequel le vaccin ne protège pas. C’est pourquoi, un contrôle régulier chez le gynécologue pour la réalisation d’un frottis cervico-vaginal reste nécessaire même chez les femmes vaccinées.