Dr André Dosso
ophtalmo-chirurgien FMH à Genève

De quoi s’agit-il?
C’est une maladie fréquente qui peut occasionner picotements, brûlures, larmoiement, fatigue visuelle, vision floue, œil rouge et souvent une impression de sable ou de corps étranger sous la paupière. Au moins 10% des femmes en souffrent un jour et ce chiffre peut atteindre 30% à la ménopause.

Quelles en sont les causes?
Principalement les changements hormonaux, certains médicaments tels que les antidépresseurs et les antihypertenseurs, ainsi que le vieillissement normal des tissus de l’œil. Les larmes vont diminuer en qualité et en quantité, ce qui ne leur permet plus d’assurer leur rôle nourricier et protecteur. Cela va entraîner de petites lésions sur la cornée. Prenons une image: la surface de l’œil est comme une patinoire toute lisse et brillante. Quand l’œil est très sec, c’est comme si l’on avait joué un match de hockey dessus!

J’ai l’œil sec… mais alors pourquoi coule-t-il ?
C’est souvent la question posée par mes patients. Notre œil réagit par un larmoiement réflexe face à l’irritation, mais ces larmes ne sont pas tout à fait les mêmes que celles qui protègent la cornée. Elles seront inefficaces pour éviter d’avoir l’œil sec.
A la ménopause on parle souvent de substituts hormonaux. Quel est leur effet sur l’œil sec?
Ce sujet est très controversé, car certaines études montrent une amélioration et d’autres une aggravation. Je ne peux donc pas me prononcer sur ces traitements.

Comment soigner un œil sec?
De simples précautions aident à s’en prémunir: humidifier l’air, boire suffisamment, éviter la climatisation et les irritants comme la fumée de cigarette ou le maquillage de la paupière inférieure.

Existe-t-il des médicaments?
C’est une maladie qui se guérit rarement. Pour soulager les patients, on utilise des larmes artificielles qui vont lubrifier, hydrater et protéger la surface de l’œil. Les plus prescrites sont à base d’acide hyaluronique, une substance présente naturellement dans notre corps et qui favorise la cicatrisation. Si l’on a en plus une inflammation des paupières (blépharite), les masser peut s’avérer bénéfique, tout comme appliquer des compresses chaudes, mais non brûlantes, de thé noir ou de camomille.

Quelles gouttes choisir?
Pour chaque patient, il y a des gouttes qui conviennent mieux que d’autres. Elles doivent être adaptées à leur situation: sécheresse légère, modérée, sévère ou port de lentilles. Je conseille d’éviter celles qui contiennent des conservateurs. Il faut aussi savoir que le fait d’être remboursée ne garantit pas forcément la meilleure efficacité d’une larme artificielle.