Sensation de brûlure, douleur intense à la vessie et besoin urgent de se rendre aux toilettes, ce sont les symptômes de la cystite. Une maladie inflammatoire qui touche en particulier les femmes d’abord pour des raisons anatomiques car l'urètre féminin est plus court que celui de l'homme, ce qui facilite la remontée des bactéries jusqu'à la vessie. Des bactéries qui proviennent entre 80 et 90% des cas de la zone anale, plus rapprochée que chez les hommes, facilitant le transfert de colibacilles hôtes de l’intestin. Leur ascension est par ailleurs favorisée par l’activité sexuelle ou par une mauvaise hygiène. Non soignée, la contamination peut avoir des répercussions lourdes car elle risque de se propager vers la vessie et les reins, d’où l’intérêt de prévenir et de détecter rapidement les prémices de l’infection.

Boire contre les infections

Le premier conseil pour se prévenir d’une cystite c’est avant tout de boire beaucoup d'eau. L’effet est celui d’un lavage qui permet de nettoyer à la fois la vessie et reins, c’est d’ailleurs considéré comme un principe de base du traitement des inflammations urinaires.

La Cranberry, un antibiotique naturel

Pour les plus sensibles à la récidive, des comprimés à base d’extrait de cranberry sont fortement conseillés, et même en complément du traitement antibiotique. La cranberry est une petite baie rouge, au goût acidulé et astringent, produite par un arbuste, Vaccinium macrocarpon, qui pousse dans l’est des Etats-Unis et au Canada. A ne pas confondre avec l’airelle, Vaccinium vitis idaea, qui fait partie du même  genre botanique et ressemble à la cranberry, mais n’en est pas moins un fruit différent. Contre la cystite, ce sont les propriétés biologiques de la cranberry qui ont su se montrer très efficaces, car elles créent un environnement défavorable à la croissance et à la prolifération des bactéries qui sont la cause des infections et, souvent, de leurs récidives.

On peut donc l’utiliser en préventif, mais également en tant que traitement adjuvant à la thérapie antibiotique, lorsque les cystites sont récurrentes (3 fois par an) à condition qu’elle soit prescrite sous forme de complément en comprimés par exemple, car une simple boisson à base de Cranberry n’aura pas l’effet escompté.

De l'hygiène, mais avec modération !

Une bonne hygiène est aussi indispensable, il est donc important d’enseigner aux jeunes filles, dès leur plus jeune âge, qu’il faut toujours s'essuyer d'avant vers l'arrière après être allées à la selle, pour éviter la diffusion de germes vers l'urètre. Attention, cependant, à ne pas trop en faire : une hygiène trop rigoureuse risque de provoquer un déséquilibre de la flore pouvant être à l'origine d'infections. Pour la même raison, les savons trop agressifs ou les bains moussants doivent être évités.

Conseils pour la prévention de la cystite

 

Boire 1,5 à 2 litres d’eau par jour pour « laver » les reins et la vessie.

 

Aller aux toilettes régulièrement. Le remplissage de la vessie peut entrainer la multiplications de bactéries. En particulier après les rapports sexuels.

 

Eviter la constipation, en privilégiant une alimentation équilibrée et riche en fibres.

 

Eviter le port de vêtements trop serrés.

 

En présence des premiers symptômes (brulures, douleurs et besoin fréquents d’uriner) s’adresser à un médecin. L’automédication est déconseillée.