Les époques se succèdent, les critères liés à la beauté féminine évoluent, les modes se font et se défont… Les difficultés à exister en tant que femme perdurent! Depuis l’Egypte antique, des canons de beauté ont été définis. Ceux-ci ont évolué au cours des siècles et des civilisations: Vénus callipyges africaines, potelées à peau claire du XIXe, brindilles occidentales des années 1960, athlètes bronzées californiennes… Quant à la santé, elle n›est pas toujours allée de pair avec cette dynamique.

Aujourd’hui, dans nos pays, les femmes font l’objet d’une attention particulièrement soutenue. Est-ce vraiment pour leur santé et leur bien-être? Médias, publicité, mode... la femme est généralement présentée jeune, plastiquement parfaite, soignée, dynamique et performante. Confrontées à cette vision prégnante de la perfection, comment traverser la grossesse et la maternité, accepter le processus de vieillissement naturel, la ménopause voire la maladie et assumer de front vie familiale et professionnelle?

Les dernières décennies ont donné lieu à une augmentation exponentielle de la recherche en matière de beauté et à une surenchère de l’offre. Ce qui relevait il y a encore peu du fantasme est devenu une réalité tangible et de plus en plus incontournable du mode de vie de la femme moderne. La femme occidentale possède à présent une fabuleuse palette de soins susceptibles de lui donner du charme, de lui ôter ses complexes et angoisses, de lui donner de l’assurance.

Mensonges ou réalité? Ces progrès ne doivent jamais faire perdre de vue que la recherche d’une amélioration de son apparence, pour légitime qu’elle soit, doit se faire avec une approche réaliste, critique et en s’entourant de toutes les précautions visant à ne pas mettre en cause sa santé, physique comme mentale.

Autorisons les femmes à vivre chacune des étapes de leur vie avec fierté et plénitude et ne les enfermons pas dans des modèles stéréotypés pour les pousser à la consommation de l’industrie de la beauté!